Il y a un tel acharnement de Sarkozy à expulser les sans papiers qu'on en vient à oublier qu'expulser ne réduit pas le nombre de sans-papiers. Et ce nombre ne réduira pas tant qu'il y aura la pauvreté et l'oppression autour de nous. Traquer, pour expulser des gens qui travaillent en France depuis des années, est une goutte d'eau cruelle qui ne saurait faire augmenter le pouvoir d'achat des français.

arton235Jamais auparavant on aura autant entendu parler d'expulsions, en termes de résultats et d'objectifs à atteindre, de manifestations de sans-papiers, de violence lors de ces expulsions, d'associations militant contre l'expulsion d'enfants scolarisés (c'est en 2004 que resf s'est créé), de gens qui risquent - et perdent - leur vie pour éviter d'être expulsés, de manifestations de soutien dans les aéroports..

Quelque chose a changé, et c'est depuis 2002, arrivée de Nicolas sarkozy au ministère de l'intérieur, comme le confirme le site Groupe UMP - Assemblée Nationale :

"Statistiques sur les reconduites aux frontières, 2 mai 2006:

Entre 2002 et 2005, le nombre d’éloignements effectifs a progressé de 88 %. [...] En 2005, 19 848 mesures d’éloignement ont été exécutées, ce qui représente une augmentation de 26,7 % par rapport aux éloignements d’étrangers en situation irrégulière effectués en 2004.[...] Priorité de l’action du Gouvernement depuis 2002, les évolutions constatées démontrent l’impact de la politique volontariste menée en la matière. Fruit des instruments législatifs issus de la loi du 26 novembre 2003 [loi Sarkozy] relative à la maîtrise de l’immigration, au séjour des étrangers en France et à la nationalité et de la forte mobilisation de l’ensemble des services de police, de gendarmerie et des préfectures, cette évolution doit encore se confirmer. C’est la raison pour laquelle le ministre d’État, ministre de l’intérieur et de l’aménagement du territoire a décidé de pérenniser la politique de pilotage par objectifs de l’activité d’éloignement et fixé à 25 000 le nombre de mesures d’éloignement à exécuter pour l’année en cours "

Hortefeux annonce aujourd'hui un nouvel objectif a atteindre, toujours plus grand : Pour 2010, l'objectif est fixé à 28 000 expulsions (le Monde)

"Les préfectures sont soumises à des objectifs chiffrés de reconduites "effectives" à la frontière.
[...] D'ici à la fin de l'année, le gouvernement veut atteindre 25 000 expulsions pour la métropole. Un chiffre difficile à atteindre : fin août, seuls 13 677 éloignements avaient été réalisés, soit 55 % de l'objectif.
[...] Dans son rapport annuel, le 4 octobre, la Cimade dénonce cette "politique du chiffre". Selon cette association d'aide aux étrangers, "la pression oblige les fonctionnaires à développer des pratiques de plus en plus détestables au niveau des interpellations".
Pour les associations, cette politique est à l'origine des drames de ces derniers mois : le grave accident, à Amiens, d'un enfant qui a sauté du quatrième étage pour échapper à l'interpellation de sa famille ou le décès de la Chinoise qui s'est défenestrée, à Belleville, de peur de subir un contrôle de police."

Le mois dernier Hortefeux rappelait à l'ordre les préfets qui n'expulsent pas assez (le Figaro). Dans des écoles on a demandé aux enseignants de recenser les familles de sans-papier (rue89), et on met des enfants en prison : l’implacable course au chiffre : des enfants en rétention (Cimade).

Le site A l'école des sans-papiers recueille les temoignages de parents d'élèves et d'enseignants, qui racontent le quotidien des enfants de familles sans papiers. Accrochez-vous.

La chasse aux clandestins est ouverte. Bien sûr ils n'avaient pas le droit de venir en France, mais ils y travaillent, parfois depuis plusieurs années et sont traqués et expulsés quand-même. Des enfants qui ont grandi en France sont expulsés dès qu'ils atteignent leurs 18 ans vers des pays qu'ils ne connaissent pas, où ils n'ont personne. Quelle différence l'expulsion de ces gens-là fait-elle sur l'économie française?

De plus, si l'objectif de M. Sarkozy est de débarrasser la France des immigrés clandestins, on voit mal comment il peut y parvenir sans bloquer les arrivées. C'est logiquement la première action qui vient à l'esprit pour réduire l'immigration clandestine : stopper le flux d'entrée. Pourtant on en n'entend pas parler, ça contraste avec l'acharnement placé sur le flux sortant.

La fuite en France de Samuel, 17 ans, éthiopien, clandestin témoignage sur le Bondy blog, raconte le cauchemard pour parvenir jusqu'à la frontière, mais la franchir semble aisé.

Expulser des gens qui sont là depuis longtemps, alors que beaucoup plus arrivent continuellement, est absurde et cruel. M. Sarkzoy cherche sans doute à faire croire qu'il sait faire preuve de fermeté pour régler les problèmes, sauf que sa fermeté ici ne règle rien.20071004Expulsionsinside

Même du côté des préfectures et de la police on sent le ras-le-bol, la déprime, l'impression de perdre son temps Expulsions: le témoignage du malaise dans les préfectures (rue89).

Extrait: "Tout cela représente une énorme galère. Pour pas grand-chose. Il y a probablement 400000 ou 500000 sans-papiers en France. Même si on en expulse 25000 par an, il faudrait attendre vingt ans. [...] Mais même 25000 expulsions par an résoudraient-elles le problème, compte-tenu des arrivées? Probablement pas. Cet objectif chiffré ne tient pas la route. On sait bien que le principal moteur de l'immigration, c'est la misère et l'absence de libertés dans nombre de pays.

On sent le même ras-le-bol chez les policiers et les gendarmes. Comme nous, les expulsions leur prennent un temps considérable. Comme nous ils ont l'impression, pendant ce temps, de ne pas "faire leur boulot". On nous demande sans arrêt de couper dans nos budgets, et on fout de l'argent par les fenêtres. Imaginez toutes ces heures payées pour des procédures souvent vouées à l'échec? Nous avons le sentiment de servir de vues politiciennes à court-terme. C'est déprimant."

"Pourquoi M. Sarkozy ne se concentre-t-il pas sur la source du problème ? Evidemment il faut être patient, la pauvreté et l'oppression dans le monde ne disparaitont pas pendant son quinquénat, mais entamer des projets de longue haleine fait partie de son job. Et s'il s'acharnait autant là-dessus que sur les expulsions, peut-être verrions nous alors baisser le nombre de sans papiers.

Enfin pourquoi continuer à soutenir les dictateurs africains qui apauvrissent leur peuple, si l'ont veut réduire le nombre d'Africains illegaux en France?

Sarkozy ne répond en rien aux attentes de ses électeurs, il se montre cruel et de manière inutile, comme cela faisait longtemps que ce n'était pas arrivé en France. Lui qui voulait apprendre aux jeunes français à être fiers de leurs pays...